ÉDITORIAL : Vivre l’été à Pléhérel-Plage, c’est …

Pour certain, l’été, c’est fait pour lire, pour écrire, pour dormir, pour flâner, se balader … Pour d’autres c’est fait pour vivre encore plus fort !

Pour moi, pas d’écriture l’été … pas d’article sur ce blog … Pour savoir tout ce que l’on peut faire ici … il suffit d’aller sur le site de l’Office de Tourisme … Très bien fait ! Et pour les recettes gourmandes, ce sera cet automne ou cet hiver que vous les découvrirez …

Vivre l’été dans une ville balnéaire, c’est d’abord accueillir la famille où les amis : les « pauvres » qui arrivent de très loin parfois, tout blancs et si fatigués, les yeux cernés avec des rêves de sommeil, de soleil et de plage… ranger les chambres qui ont servi d’entrepôts, faire le  ménage « à fond », faire les lits… et puis aller au marché plus que de raison et faire le plein au super marché, leur faire de bons petits plats et passer de longues heures douces, tendres, joyeuses avec ceux qu’on aime et qui ne viennent jamais assez souvent.

A peine arrivés, déjà repartis… pas le temps de traîner … il faut penser très vite à l’autre fournée qui arrivera demain… Laver les draps, les mettre à sécher sur le fil, au soleil, retourner au marché et au supermarché et repréparer une grande tournée de ratatouilles, une grande fournée de gratin, pour gâter ceux qui vont arriver: « Ils aiment tant ça… Ah! Et puis, il ne faudra pas oublier de passer chez Lemoine pour récupérer la commande de saucisses de pays, ils en raffolent… »

Et le tourbillon ne s’arrête pas, tous les soirs, c’est la fête …

Un bon concert à la Chapelle ce soir et puis celui du Café de la Plage qu’il ne faut pas rater… à déguster une bonne bière bretonne à la main …  » Tu m’as commandé ma galette « Bio » à l’andouille et au chèvre ? « , elle arrivera bientôt … à moins qu’il ne reste plus d’andouille ou de pâte … Il a du monde ce soir !

Et puis, pour beaucoup, il y a les petits enfants qu’on aime tant … si précieux … Il faut les surveiller comme le lait sur le feu, les habiller, les materner, les occuper … ils réclament la plage … il y a les châteaux de sable à ériger, les piscines à creuser avec de petites pelles si courtes qu’on en a le dos cassé mais la tête en enfance, les vaguelettes à affronter … « Tu me tiens la main »… Et puis vient le soir, la douche à donner, les maillots à rincer, le repas à préparer, les histoires à raconter et le bisou à donner … une fois, deux fois, trois fois… « Maintenant, ça suffit, on dort! ». Peut-être restera-t-il un peu de rosé ou de cidre à partager.

Vive la fin de la saison, le doux mois de septembre … où on va enfin pouvoir se reposer … Recommencer à lire, à écrire … flâner, se balader et aussi …

Laisser un commentaire ... et soyez patient, celui-ci sera publié après modération.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>