A lire absolument ! « Certaines n’avaient jamais vu la mer » de Julie Otsuka

Prix FEMINA étranger 2012. Une longue et belle litanie construite des voix de ces femmes oubliées :

De 1908 à 1920. Elles étaient très jeunes, elles ont fuit la pauvreté au Japon, souvent poussées par des parents qui ne pouvaient plus les nourrir et encore moins les marier… Certaines n’avaient pas 15 ans. Elles partaient retrouver un mari inconnu, épousé par correspondance, un japonais déjà émigrés en Californie, dont elles n’avaient vu qu’une photo truquée. Elles avaient peur… Elles rêvaient… d’une meilleure vie, de ne plus trimer dans les rizières, d’avoir une belle et grande maison américaine, un beau et gentil mari… Dotées d’une vague lettre et de quelques pauvres trésors, elles ont traversé la mer à fond de cale pour découvrir leur malheur : Plus ou moins bien déflorées cette même première nuit où elles posèrent le pied sur le sol américain, par des maris qu’elles ne reconnurent pas et qui se révélaient être plus vieux, plus petits, plus laids et surtout plus pauvres que sur la photo. Leurs époux n’étaient souvent que des bêtes de somme sous-payée dans les grandes exploitations maraîchères. Le lendemain, elles furent mises au travail, dans les champs, dans les laveries ou comme bonnes dans les belles maisons qu’elles n’auront jamais.

Elles eurent la vie dure et harassante d’un sous-peuple exploité, usé jusqu’à la trame, ignoré, évité, dénigré. La vie dure de femmes plus souvent négligées ou battues qu’aimée et choyées. Elles firent des enfants dans les pires conditions, les élevèrent aussi bien que possible, leur apprenant à éviter le racisme et à ne surtout pas se faire  remarquer… Plus mal que bien, leur vie s’est construite ainsi, dans la peine, la résignation et la transparence, accrochée à de si menus plaisirs, juste pour survivre… et dans l’espoir de voir leurs enfants enfin intégrés.

Et puis, ce fut la guerre, les japonais étaient devenus les ennemis des américains, tout ce qu’elles avaient péniblement construit s’est effondré sous leurs pieds …

Une réponse à A lire absolument ! « Certaines n’avaient jamais vu la mer » de Julie Otsuka

  1. Patricia dit :

    Moi aussi j’ai beaucoup aimé cette lecture, hélàs un peu trop rapide car consommésans modération, mais le ryhtme de l’écriture se prête à ne pas lâcher le fil.Très surprise aussi de découvrir ce pan de l’histoire, mais l’humain n’est pas à cours de ressources quand il s’agit de maltraiter ses frères :(

Laisser un commentaire ... et soyez patient, celui-ci sera publié après modération.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>